Sophrologie et vaginisme

Publié par FF380052 le

vaginisme sophrologie

Sophrologie et vaginisme

Qu’est ce que le vaginisme ? Comment les femmes peuvent-elles s’en libérer ? En quoi la sophrologie peut-elle aider les femmes qui en souffrent ? Je vous parle dans ce nouvel article de blog des bienfaits de la sophrologie pour accompagner les femmes souffrant de vaginisme, et de mon expérience de sage-femme.

Qu’est ce que le vaginisme ?

Le vaginisme correspond à une contraction involontaire des muscles qui entourent le vagin (le périnée), et rend en général un rapport sexuel avec pénétration douloureux voire impossible.

Un vaginisme peut avoir plusieurs origines :

  • Primaire : c’est lorsqu’une femme n’a jamais réussi à avoir des rapports sexuels avec pénétration ou un toucher vaginal lors d’un examen gynécologique. Parfois elle réussi à s’insérer un doigt ou un tampon, parfois rien du tout.
  • Secondaire : il s’agit généralement de femmes ayant subi un traumatisme au cours de leur vie (agression sexuelle, violences obstétricales, …) et qui vont présenter un vaginisme alors qu’elles n’avaient pas ce problème auparavant !

On estime qu’environ 1% des femmes en souffrent, c’est donc un trouble qui se rencontre plutôt fréquemment ! Mais le sujet est souvent considéré comme tabou par les femmes, qui se sentent dès lors seules et démunies face à leur vaginisme !

Attention, dans de rares cas un vaginisme peut être dû à une malformation, un hymen trop résistant, une infection vaginale provoquant des douleurs … c’est pour cela qu’il est toujours important de faire le point avec une sage-femme ou un gynécologue !

Une méconnaissance du corps

Dans le vaginisme, l’une des composantes que l’on retrouve le plus est la peur de la douleur. Les femmes qui en souffrent ont généralement une très mauvaise représentation de leur corps, de leur anatomie, parfois elles n’ont même aucune idée de comment leur corps fonctionne ! Cette méconnaissance peut-être due à une éducation sexuelle très stricte, des interdits moraux ou religieux, une consommation excessive de porno, …

Je fais d’ailleurs souvent ce petit jeu en début de consultation d’accompagnement sophrologique du vaginisme : je demande aux patientes de dessiner la zone du bas de leurs corps, comme elles l’imaginent, la localisation et la taille du vagin, de l’anus, de l’utérus, des ovaires, de la vessie …

Je suis toujours surprise du peu de connaissances de ces femmes, qui ne savent pas de quoi elles sont constituées, certaines ne se sont même jamais regardées dans un miroir ! En général le vagin est représenté comme un tube très petit et étroit, et c’est notamment sur ce point là qu’il faut travailler, pour convaincre ces femmes qu’il est tout à fait possible d’y insérer un doigt, un tampon … un sexe masculin ! L’éducation sexuelle des femmes a encore hélas beaucoup de chemin à faire.

Il y’a également chez ces femmes une relaxation du corps compliquée à ressentir pour elles, et c’est ma principale approche avec la sophrologie pour les accompagner dans leur vaginisme, afin qu’elles puissent renouer avec leur corps, avoir confiance, afin se détendre !

Mon expérience de sage-femme

Le vaginisme est un trouble que j’ai fréquemment rencontré lorsque j’exerçais en tant que sage-femme, en maternité ou en libéral. Le plus souvent, les femmes le découvrent  au décours de leur premier examen gynécologique, mais mal informées sur les accompagnements possibles les couples trouvent des alternatives non pénétratives souvent très satisfaisantes dans leur vie sexuelle… Je le répète souvent : pour s’épanouir dans sa vie sexuelle, les rapports pénétratifs ne sont pas la norme, on peut très bien éprouver du plaisir sans pénétration !

Néanmoins, face à un désir d’enfant, les femmes décident de prendre en charge ce trouble des années plus tard et c’est surtout à ce moment là que je les rencontrais en consultation. Dans ce contexte, les femmes ressentent beaucoup de pression puisqu’elles savent que pour concevoir un enfant elles vont devoir s’atteler à ce problème … ce qui n’arrange pas le vaginisme puisqu’elles auront encore plus de mal à se détendre et à lâcher-prise ! La peur d’accoucher, si elles parviennent à tomber enceinte, est également très présente, et contrairement aux idées reçues accoucher ne guérit pas du vaginisme !

Je rencontrais également les femmes en demande de prise en charge de leur vaginisme lors de périodes conflictuelles avec leur compagnon, car elles culpabilisent souvent de ne pas se sentir “normales” et ont peur de mettre leur couple en péril.

Quelles prises en charges pour un vaginisme ?

La prise en charge d’un vaginisme est le plus souvent multi-disciplinaire : il n’y pas de recette magique pour s’en libérer car chaque femme est différente, mais beaucoup de prises en charge (souvent cumulées) font leur preuve au bout de plusieurs semaines :

  • la rééducation périnéale : par des sages-femmes ou des kinésithérapeutes spécialisés, il s’agit de se réapproprier la zone génitale par des exercices d’étirement et de contraction du plancher pelvien. Certains outils peuvent dès lors être préconisés, comme des dilatateurs (appelées également bougies) !
  • les thérapies cognitico-comportementales : par des psychologues ou des sexologues, dans le cas de traumatismes par exemple,  afin de déconstruire des schémas de pensées ou des peurs.
  • la relaxation : par la sophrologie ou l’hypnose, il s’agit de relaxation à la fois mentale et physique pour reprendre le contrôle de ses peurs, de ses émotions, de son corps !

A chaque femme sa ou ses méthodes, le but étant de trouver l’approche qui rassurera le plus les femmes, qui leur permettra de se reprendre en main en toute confiance !

Les bienfaits de la sophrologie dans la prise en charge du vaginisme

Les maîtres-mots de mes accompagnements en sophrologie auprès de ces femmes sont douceur et bienveillance. Je leur propose un accompagnement personnalisé et adapté à leurs besoins, à leur histoire personnelle, afin de leur mettre à disposition les outils de relaxation, de respiration et de visualisation nécessaire à leur reprise de pouvoir sur ce trouble. Je me sers énormément de mon expérience de sage-femme pour les guider dans la connaissance de leurs corps, les rassurer !

Les séances proposées ont généralement pour thème les thématiques suivantes :

  • Evacuer les tensions, la colère et la culpabilité parfois de ne pas se sentir “normale”
  • Chasser les peurs de la douleur, de la pénétration
  • Activer le lâcher-prise pour progresser à son rythme et ne pas appréhender le rapport sexuel
  • Apprendre à respirer et à détendre toutes les zones de son corps
  • Renouer avec son corps, faire confiance en ses capacités corporelles et émotionnelles

 

Lorsque le vaginisme est évoqué par les professionnels de santé, de multiples solutions sont possibles pour accompagner les femmes en souffrant. Surmonter un vaginisme est totalement envisageable pour ces femmes au bout de plusieurs semaines !

Au plaisir de vous accompagner 🙂

Camille

 

Vous avez des questions concernant l’accompagnement sophrologique du vaginisme ? N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez en savoir plus. Lisez également mes articles précédents sur :

 

vaginisme sophrologie

Catégories : Par défaut